De bons pneus améliorent la santé.

agriculteur au volant

Qui aurait pu croire qu’il y ait une relation entre les pneus et la santé des agriculteurs ? Et bien pourtant si. Et c’est prouvé. De bons pneus améliorent la santé !

Le constat.

En 2012, 93% des maladies professionnelles qui touchaient les chef d’exploitation étaient des troubles musculo-squelettiques (TMS), lombalgie, cervicalgie, hernie discale et dégénérescence de la colonne vertébrale. Après études, il s’avère que ces maladies avaient souvent la même cause : une exposition régulière et prolongée à des vibrations. Il est à noté que dans le cas d’exploitations avec des salariés, la responsabilité de l’employeur peut être engagée.

hernie discale
Hernie discale

De plus, tous les ans, 20 à  30 décès sont dûs à des renversements d’engins agricoles. 73% se produisent sur l’exploitation elle-même ou aux champs et 27% sur la route.

Que ce soit pour les TMS ou les renversements des machines, les pneumatiques tiennent un rôle majeur. S’ils ne peuvent pas, à eux seuls, faire disparaitre les problèmes, il peuvent grandement les réduire.

Les vibrations en cause.

Il existe 2 types de vibrations reconnues par la MAS (mutualité Sociale Agricole).

  • les vibrations dites « mains-bras», liées à l’utilisation d’appareils portatif (type marteaux-piqueurs).
  • les vibrations «corps entier» sont celles qui nous intéressent en premier lieu. Elles surviennent quand l’utilisateur est au commandes d’une machine ou sur une plateforme. Selon la norme NF E90-399, ces vibrations doivent être inférieures, en terme d’accélérations à 0.5 m.s-2  et ne pas dépasser 1.15 m.s-2 pour une journée de 8h. Or les vibrations ressenties par l’agriculteur lors de la conduite de son tracteur génèrent des accélérations de l’ordre de 0.8 m.s-2 (trois fois supérieures à celle ressenties au volant de votre voiture).
Une des solutions passe par les pneus

Il n’y a, en général sur les engins agricoles que 3 organes qui permettent de réduire les vibrations. Le siège, la cabine (si elle est équipée d’un système de suspension) et… les pneus. Etant en contact direct avec le sol, ils sont les premiers à pouvoir absorber une partie des vibrations.  Il y a 3 éléments à prendre en compte pour cela :

  • La pression : Si le pneu est sous-gonflé, il rebondit, peut entrer en résonnance et finalement augmenter le nombre de cycles de vibrations. S’il est sur-gonflé, son empreinte au sol diminue, il devient plus rigide et perd une grande partie de son pouvoir d’absorption.
  • La structure : Les pneus diagonaux, avec leur carcasse rigide n’absorbent que légèrement les vibrations. A contrario, les pneus basse pression (IF ou VF) avec leurs flancs souples, sont champions dans ce domaine.
  • Les profils et les crampons : Pour des applications « routières » avec des déplacements longs, il est préférable de choisir des pneumatiques dits roulants avec des profils aux crampons rapprochés. La plupart des manufacturiers proposent des profils polyvalents adaptés aux usages route. N’hésitez pas à contacter l’équipe d’Allpneus pour tout renseignement.
Diminution des vibration traversant les organes amortisseurs du tracteur.
Les risques de retournement.

Un retournement intervient quand il y a rupture du contact sol/pneus. Les causes sont multiples mais certaines sont directement liées à l’état des pneus :

  • usure de la bande de roulement ou une pression mal adaptée peuvent causer une perte d’adhérence sur route.
  • Des flancs fragilisés peuvent entrainer un éclatement et une perte de contrôle directe.
  • Aux champs, les retournements sont plutôt liés à une modification du centre de gravité du tracteur. Soit par une mauvaise répartition des charges, soit par un travail sur terrain difficile avec un fort dévers. Ces situations « à risque » sont accentuées :
  • En cas de défaut sur les pneumatiques : pression inadaptée, flans fragilisés
  • Un centre de gravité haut : Emploi de pneus surdimensionnés (d’un diamètre supérieur à 2m) ou véhicule type enjambeur.

Certaines applications, de par leur usage, doivent vivre avec ces situations « à risque » (vigne, pulvérisation…). Dans ces cas la bonne santé et l’état des pneumatiques sont des éléments à suivre de près.

Le pneu : un équipement qui vous veut du bien.

Prenez soins de vos pneumatiques, ils prendront soin de vous et de vos collaborateurs.

Suivez nous !
Likez-nous
Twittez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.